fbpx
Scientifiques | Nouvelles de l'Institut
Votre parcours de recherche appliquée commence ici

Doté d’une équipe d’experts de l’industrie, le pôle d’innovation Bina invite les scientifiques de l’Institut Weizmann à examiner le potentiel applicatif de leurs recherches. « C’est un appel ouvert à tous les chercheurs qui envisagent de dépasser les limites du laboratoire ».

Les chercheurs de l’Institut Weizmann sont experts dans la conduite de la recherche scientifique dans un cadre universitaire : ils trouvent une hypothèse de recherche fondamentale révolutionnaire, mènent des recherches pour valider cette hypothèse, publient leurs résultats dans une revue prestigieuse et deviennent des leaders dans leur domaine scientifique. Mener des recherches conformes aux normes cliniques ou industrielles est toutefois une autre affaire. Il faut pour cela concevoir un plan de recherche qui aboutisse à une preuve de concept fonctionnelle, ainsi qu’un processus d’évaluation orienté vers l’industrie qui tienne compte de la technologie, de la nouveauté et de la faisabilité du point de vue de la propriété intellectuelle potentielle, des perspectives du marché et des normes industrielles.

C’est Bina, un nouveau maillon de la chaîne destiné à soutenir et à développer les projets de recherche fondamentale et les technologies. Bina, qui signifie « Bridge, Innovate, Nurture, Advance » et « sagesse » en hébreu, collabore avec les chercheurs pour élaborer un plan de travail adapté au scientifique et à son projet. L’équipe de Bina guide les projets vers une preuve de concept fonctionnelle, après quoi ils sont dûment orientés vers le maillon suivant, plus ancien, de la chaîne : Yeda, la branche commerciale de l’Institut Weizmann.

Prof. Irit Sagi (g) et Dr Sahron Fireman « La recherche scientifique motivée par la curiosité est la clé de l’innovation »

La recherche fondamentale motivée par la curiosité est la clé de l’innovation, et le cœur des efforts de l’Institut. Mais comment traduire l’innovation scientifique en innovation technologique ? » a déclaré le professeur Irit Sagi, qui a imaginé Bina et l’a créé aux côtés de Yeda au début de 2021. Lorsque le professeur Sagi, chercheuse principale au Département d’Immunologie et de Biologie Régénérative, est devenue vice-présidente de l’innovation et du transfert de technologie, elle a remarqué que c’était « le même petit groupe de scientifiques qui approchait Yeda encore et encore », se souvient-elle. « J’ai réalisé qu’il y avait un fossé entre les laboratoires et la branche commerciale de l’institut. C’est-à-dire entre l’innovation scientifique et l’innovation technologique – et que ce fossé devait être comblé. C’est là que Bina entre en jeu. » Le professeur Sagi ajoute : « Nous avons créé Bina pour soutenir la recherche ayant un potentiel appliqué dès que ce potentiel est identifié, bien avant l’enregistrement du brevet ou la commercialisation. Nous espérons exposer les scientifiques de l’Institut à des domaines étroitement associés à leurs champs d’expertise, comme la médecine, la durabilité et les industries riches en connaissances, afin qu’ils puissent avoir un impact pratique sur l’humanité en plus de l’impact théorique qu’ils ont l’habitude d’avoir. »

Centre d’innovation initié par le campus et destiné principalement à servir ses scientifiques, Bina évolue rapidement. « Nous faisons quelque chose de nouveau et apprenons au fur et à mesure. Le potentiel est énorme, et nous avons déjà connu quelques succès », déclare le Dr Sharon Fireman, responsable du Bina. « Notre rôle est de fournir des conseils aux chercheurs qui cherchent à dépasser les limites de leur laboratoire et de leur recherche universitaire. Nous voulons les aider à faire évoluer leur science fondamentale vers des applications. » Bina soutient et finance actuellement 26 projets – dont 14 dans le domaine des sciences de la vie, quatre dans celui des technologies alimentaires et agricoles et quatre autres dans celui de l’informatique – qui bénéficient de conseils personnalisés d’experts de l’industrie, tandis que 12 autres projets sont en cours d’évaluation. « Tous les chercheurs ont la possibilité de bénéficier de ces conseils en remplissant un court formulaire de demande sur notre site web », a déclaré M. Fireman. Le message de Bina aux chercheurs est sans ambiguïté : venez tous !

Le Dr. Fireman apporte à ce poste plus de 15 ans d’expérience en R&D, en gestion de l’innovation et en développement commercial dans les industries pharmaceutique et biotechnologique, notamment dans des entreprises telles que Teva Pharmaceuticals et Sol-Gel Technologies. En tant que nouvelle initiative, Bina est une opération légère, mais l’équipe s’agrandit. Elle a récemment accueilli le Dr Merav Marom, un chef de projet doté d’une vaste expérience dans les projets des sciences de la vie, qui est responsable de l’activité courante de Bina. Bina s’appuie sur un réseau d’experts industriels, ainsi que sur les directeurs commerciaux de Yeda, pour guider les scientifiques vers la réalisation de leurs idées. Bina les aide à établir un plan de travail et les scientifiques reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour atteindre les étapes du plan, qui culmine avec une preuve de concept et une demande de brevet.

Outre l’équipe de base, l’activité de Bina est guidée par un comité directeur composé de professionnels du monde universitaire et de l’industrie et dirigé par le professeur Tony Futerman du Département des Sciences Biomoléculaires. Parmi les autres membres figurent le professeur Michal Irani du Département d’Informatique et de Mathématiques Appliquées, le PDG de Yeda, le Dr Opher Shapira, le Dr Michal Preminger, responsable régional de l’innovation chez le géant pharmaceutique Johnson & Johnson, et le professeur Gabi Barbash, MD, MPH, directeur général émérite du ministère israélien de la santé et directeur du programme Bench-to-Bedside de l’Institut Weizmann.

« Certains chercheurs ne nous contactent pas directement ; ils nous sont plutôt adressés par Yeda. Cela se produit lorsqu’ils ont une idée initiale pour un brevet nécessitant un développement supplémentaire avant d’atteindre le stade du brevet », explique le Dr Fireman. « Avant la création de Bina, le scientifique devait retourner au laboratoire et effectuer la recherche par lui-même. Aujourd’hui, Bina guide les scientifiques, et nous les aidons à développer les étapes suivantes sur la voie de la concrétisation d’une nouvelle technologie. Les chercheurs qui font appel à notre aide ont déjà une idée, et ils savent ce qu’ils veulent réaliser – mais des étapes supplémentaires sont nécessaires avant le transfert à Yeda », a déclaré le Dr Fireman. Bina est uniquement responsable de l’accompagnement scientifique des projets. Yeda est l’entité responsable de la poursuite commerciale des projets Weizmann.

Les consultants qui guident les projets en collaboration avec Bina sont des experts de l’industrie dans les domaines pertinents pour le projet du scientifique. Les experts, ainsi que les conseils fournis, sont sélectionnés et adaptés aux besoins spécifiques du chercheur et du projet. « Une partie de notre travail consiste à trouver un expert qui peut apporter une véritable valeur ajoutée au projet. Nous recrutons nos conseillers de différentes manières : il s’agit parfois de personnes que nous connaissons de par notre parcours professionnel, parfois de cadres de l’industrie que nous rencontrons lors de conférences universitaires et industrielles, et bien sûr, nos meilleures relations proviennent de l’association des anciens de l’Institut Weizmann », explique le Dr Fireman. « Ces experts viennent nous voir avec une double motivation : ils veulent soutenir les chercheurs de l’Institut, mais ils cherchent aussi à prendre part à une activité scientifique à la pointe de l’innovation. Leur participation à Bina leur permet de revisiter l’environnement scientifique dont ils sont issus et qui a suscité leur passion pour leur domaine. » Bina est toujours à la recherche de nouveaux conseillers et invite les experts de tous les domaines à se manifester  pour des collaborations potentielles.

Les événements Spotlight sont une autre façon pour Bina de fournir un service à la communauté scientifique : Il s’agit de remue-méninges professionnels destinés aux scientifiques qui ont déjà mis au point une vaste plate-forme ou technologie et même obtenu un financement pour développer leur idée, mais qui ont besoin des conseils et de l’avis de professionnels de l’industrie pour explorer les collaborations et applications potentielles. L’événement Spotlight le plus récent a eu lieu en juillet, avec le professeur Ehud Ahissar, chef du laboratoire Embodiment of Perception du Département des Sciences du Cerveau. Plus de 15 conseillers issus de divers domaines ont été invités à réfléchir à des applications potentielles pour la technologie du percepteur visuel dynamique récurrent développée dans son laboratoire. Le percepteur effectue diverses tâches visuelles à l’aide d’éléments biomimétiques intégrés dans des systèmes d’Intelligence Artificielle standard. Parmi les experts figuraient Menashe Ezra, directeur exécutif de la société de capital-risque Gemini Israël, Inon Beracha, entrepreneur expérimenté dans le domaine de l’électronique grand public, et le Dr Haim Amir, PDG et fondateur du groupe Essence. Le professeur Ahissar a partagé cette technologie avec ce groupe d’experts et, ensemble, ils ont exploré les applications cliniques, agricoles, sécuritaires et automobiles potentielles.

L’événement Spotlight a identifié des pistes de recherche possibles », partage le Dr Fireman. Les scientifiques de l’Institut qui souhaitent participer à un événement Spotlight ou à d’autres programmes de Bina sont bien entendu invités à contacter Bina.

Quantum Leap : comment le « quantum computing » passe du laboratoire à l’industrie. Mini-symposium de Bina’s en mémoire du profeseur Haim Garty

Bina initie également des collaborations avec d’autres institutions cliniques et universitaires. Ces efforts ont abouti à une coopération entre le Dr Moshe Biton du Département d’Immunologie et de Biologie Régénérative de Weizmann et le Dr Nissan Yissachar de l’Institut de Nanotechnologie et de Matériaux Avancés de l’université Bar Ilan. Une autre collaboration en cours implique l’unité d’innovation du centre médical Shamir (Assaf Ha’rofe) : Le professeur Brian Berkowitz, du Département des Sciences Planétaires et de la Terre, s’est associé au professeur Lior Heller, Directeur du Département de Chirurgie Plastique, pour tenter de trouver une approche innovante du traitement du lymphœdème.

Compte tenu des défis auxquels notre planète est confrontée, la FoodTech est l’un des domaines technologiques les plus prometteurs et à la croissance la plus rapide aujourd’hui, et un autre des points de mire de Bina. Le pôle d’innovation a identifié le grand potentiel inhérent au transfert de connaissances et de technologies des chercheurs en sciences de la vie et des plantes et a lancé de nouveaux projets FoodTech. L’équipe de la Bina les guide en collaboration avec des professionnels de l’industrie alimentaire.

Un pôle d’innovation sur le campus, ouvert à tous

Les chercheurs principaux constituent le principal public cible de Bina, mais ils ne sont pas les seuls. Les scientifiques titulaires de l’Institut, que le professeur Sagi considère comme l’épine dorsale de la recherche de l’Institut, sont également visés. « Alors que les étudiants viennent généralement à l’Institut pour de brèves périodes, les scientifiques titulaires y font carrière. Ils sont la pierre angulaire de l’expertise et du professionnalisme. Il est important, au niveau de l’infrastructure, de leur donner  les moyens d’agir et d’étendre leurs connaissances dans le domaine des sciences applicatives », a déclaré le professeur Sagi.

Bina vient de terminer un programme destiné aux scientifiques  titulaires, élaboré en collaboration avec la Leeds School of Business de l’université du Colorado. Le mois dernier, un atelier de trois jours a été organisé à l’intention de 16 scientifiques du personnel qui ont été sélectionnés pour le programme parmi des dizaines de candidats. Le programme a été conçu pour aider les scientifiques à évaluer les recherches de leur laboratoire d’un point de vue applicatif et industriel. Le programme visait également à créer un réseau de scientifiques permanents permettant aux membres de collaborer les uns avec les autres sur des projets innovants. « J’ai beaucoup appris au cours de ces trois jours et je me suis beaucoup amusée », a déclaré Adina Weinberger, chercheuse principale au Département d’Informatique et de Mathématiques Appliquées. « C’était un tel privilège ! ».

Un autre groupe démographique que Bina inclut dans ses activités est celui des étudiants, que Bina considère comme des moteurs supplémentaires de l’innovation à l’Institut. La première bourse d’innovation Bina, un programme prestigieux destiné aux étudiants en doctorat, s’est achevée l’été dernier. Quatorze participants soigneusement sélectionnés ont reçu une formation complète pendant quatre mois pour comprendre les bases de l’évaluation des projets de recherche appliquée. Bina et la Feinberg Graduate School ont élaboré ce programme éducatif en collaboration avec les sociétés de capital-risque. « Ces étudiants sont beaucoup plus proches des activités scientifiques que le personnel de Bina. Ils sont dans les laboratoires, ils se salissent les mains », explique le Dr Fireman. « Lorsqu’ils rencontrent une technologie intéressante, ils savent qu’ils doivent nous en référer. »

Les premiers participants à « Bina Innovation »

« La question du développement de la carrière des étudiants me tient particulièrement à cœur. Je me souviens avoir été à leur place », se souvient le Dr Fireman. « Ils ne savent pas toujours quelles étapes professionnelles entreprendre après leurs diplômes. Les programmes conçus pour les aider à développer leur carrière – que ce soit dans le milieu universitaire ou dans l’industrie – sont primordiaux », a-t-elle ajouté.

Que vous soyez étudiant, post-doctorant, scientifique ou chercheur principal, le professeur Sagi invite l’ensemble de la communauté Weizmann à s’adresser à Bina pour toute idée, question ou demande de soutien. « En tant qu’unité scientifique de l’Institut responsable de l’interface entre le monde universitaire et l’industrie, nous voulons entendre toutes vos idées et vous proposer des moyens de vous aider à les transformer », a-t-elle déclaré.

 

Articles connexes
Articles scientifiques, Nouvelles de l'Institut
Articles scientifiques, Nouvelles de l'Institut, Communiqués de presse
Le programme servira à promouvoir les collaborations de pointe en recherche cérébrale entre le Canada et l’Israël.
Nouvelles de l'Institut, Pleins feux sur les donateurs
À l’occasion de leur premier anniversaire de mariage, Laurent Aflalo et Amanda Walsh, membres de la Ligue Weizmann, reviennent sur l’événement Weizmann au cours duquel ils se sont rencontrés et expliquent pourquoi ils sont inspirés par le soutien de la science au profit de l’humanité.