fbpx
Articles scientifiques | Scientifiques | Institut Weizmann
Un mouvement scientifique nouveau

Le professeur Atan Gross, de l’Institut Weizmann, utilise la science et la danse pour inspirer les chercheurs et lutter contre la maladie de Parkinson

Il y a cinq ans, le Prof. Atan Gross, 58 ans, père de deux garçons, Gil et Eyal, a reçu une nouvelle troublante : il était atteint de la maladie de Parkinson. Mais le Prof. Gross, professeur de biologie à l’Institut Weizmann des Sciences, n’a pas été ébranlé par ce diagnostic. Se tournant vers la science et son autre grande passion, la danse, pour trouver l’inspiration et la force d’âme dont il a besoin pour combattre cette maladie neurodégénérative en tant que chercheur et patient, il continue d’innover.

Certains des fruits de cette passion du professeur Gross ont été présentés récemment à l’Institut Weizmann, où il a donné son premier spectacle de danse – le rêve de toute une vie qu’il a décidé de privilégier après le diagnostic. Intitulé Encounter, ce duo de 30 minutes a été créé avec la danseuse autrichienne Olivia Hild et comporte des éléments inspirés de la vie et de l’œuvre de Gross. Lors du récent spectacle à l’auditorium Michael Sela sur le campus de l’Institut Weizmann à Rehovot, près de Tel-Aviv, des écrans disposés autour de la scène montraient des images à fort grossissement de mitochondries – organites qui produisent de l’énergie pour les cellules du corps – qui ont été au centre des travaux du professeur Gross en tant que biologiste.

Le professeur Atan Gross et la danseuse autrichienne Olivia Hild. Photos : Roya Meydan

La maladie de Parkinson faisait, littéralement, aussi partie du spectacle : Le professeur Gross a décidé d’intégrer les tremblements de sa main dans le spectacle. « Il y a un mouvement récurrent dans le spectacle, qui est devenu une partie de la chorégraphie, dans lequel je plie la main qui tremble avec l’autre main, l’apaisant ainsi », dit-il. « En tant que personne très attachée à son corps et à ses mouvements, je trouve des moyens de faire face à la maladie par la danse. Je ne cache pas le tremblement de ma main. Il fait partie de moi. C’est même une partie inséparable de ma danse. C’est un corps dansant, tremblant et vivant ».

La danse fait partie de la vie du professeur Gross depuis l’époque où il a commencé à étudier les cellules, alors qu’il avait une vingtaine d’années. Il danse tous les jours depuis des décennies. Cependant, exécuter sa propre danse était resté un rêve – jusqu’à ce qu’il reçoive le diagnostic.

« Lorsque j’ai été diagnostiqué, ce fut un soulagement. Je savais depuis un certain temps que quelque chose n’allait pas, et là, je savais enfin ce que je devais combattre. J’ai décidé que je voulais réaliser mes rêves, et l’un d’eux était de faire ma propre danse, de faire de la danse scientifique et de faire de la danse mon art », dit-il.

Le spectacle devait se dérouler dans un cadre intime, a expliqué le Prof. Gross, et le public devait donc être plus proche des interprètes qu’il ne l’aurait été de ceux qui se trouvent sur une scène. Il a fait installer un sol en linoléum spécial pour le spectacle, et les spectateurs étaient assis sur le sol autour des deux interprètes. « La beauté de la danse qui en a résulté était son flux, sa continuité et la connexion non médiatisée entre les danseurs, ce qui a donné confiance dans le fait que le prochain mouvement se produira de lui-même, même si nous ne savons pas ce qu’il sera », se souvient-il.

La danse est un moyen pour le Prof. Gross de lutter contre la maladie de Parkinson en tant que patient. Mais il utilise également la science pour le faire en tant que chercheur. Il y a plusieurs années, dans son laboratoire du Département d’Immunologie et de Biologie Régénérative de l’Institut Weizmann, le Prof. Gross a commencé à étudier le lien entre la fatigue mitochondriale et la maladie de Parkinson. Il affirme toutefois que sa principale passion scientifique est de comprendre la relation entre le métabolisme des mitochondries et la mort cellulaire programmée, ou apoptose, et leur relation avec la maladie.

SENSCIENCE 2022. Vingt étudiants venant de différentes facultés

Comprendre comment le mouvement inspire le travail scientifique occupe le Prof. Gross depuis de nombreuses années. Il a mené de multiples collaborations à l’Institut Weizmann impliquant la danse, notamment des ateliers de mouvement pour les scientifiques de l’Institut Weizmann, dirigés par la Batsheva Dance Company, ainsi que des conférences sur le sujet et des projets communs. M. Gross a mis au point un cours pour les étudiants de la Feinberg Graduate School de l’Institut Weizmann, intitulé TNUDA (un mélange des mots hébreux pour mouvement et science). Il a exploré le lien entre la science et le mouvement et ce cours a été animé par le danseur et chorégraphe Shahar Binyamini, qui a récemment participé au premier programme de résidence d’artiste de l’institut, au cours duquel il a créé une performance intitulée Evolve.

L’année dernière, le professeur Gross a lancé un nouveau cours pour les étudiants intitulé SENSCIENCE (combinaison des mots sensation et science), qui vise à aider à développer de nouvelles façons de penser en science par le biais de l’expérience corporelle subjective qui se produit pendant le mouvement. Le professeur Gross a été inspiré pour créer ce cours par son instructeur, Michael Shachrur, un expert en Body Mind Centering (BMC), une modalité centrée sur l’anatomie vécue et le mouvement de développement.

M. Shachrur a donné le cours avec Noam Carmeli – tous deux sont des experts mondiaux en improvisation de mouvement et en improvisation de contact. Le Prof. Gross a également pris part au cours, partageant ses idées scientifiques et expliquant comment il utilise l’improvisation gestuelle pour développer de nouveaux angles de recherche. Quinze étudiants de différentes facultés se sont inscrits au cours au premier semestre, et cinq autres l’ont fait au second. Le cours, qui se poursuit cette année, a pour but d’encourager les étudiants à exploiter les connaissances acquises lors des séances et à les utiliser pour explorer de nouvelles perspectives de recherche en laboratoire.

Le Prof. Gross reconnaît volontiers qu’il faut un certain temps d’adaptation pour passer du travail en laboratoire au mode danse. Il a affiné cette capacité récemment, en préparant son premier spectacle de danse avec O. Hild, sa partenaire dans le duo. Le couple a mis au point les détails du spectacle par vidéoconférence pendant la pandémie de COVID-19. Lorsque les voyages internationaux ont repris, O. Hild est venue à l’Institut Weizmann pour travailler sur le spectacle. Gross s’est ensuite rendu en Autriche pour une mise au point supplémentaire avec O. Hild. C’est la première fois depuis de nombreuses années qu’il se concentre principalement et intensivement sur la danse – et il faut s’y habituer.

« En tant que scientifique habitué à venir au laboratoire tous les jours pour se concentrer sur la recherche, c’était une expérience unique pour moi de travailler au studio toute la journée et de créer un spectacle de danse de cette manière. C’était très différent de mon mode de vie de chercheur », se souvient le Prof. Gross.

Les étudiants participant à SENSCIENCE partagent l’enthousiasme du Prof. Gross pour la combinaison des deux disciplines. « Le processus par lequel nous passons nous connecte à des mondes que nous n’avons jamais connus auparavant », explique le Dr. Francesco Greco, chercheur postdoctoral à l’Unité d’Archéologie Scientifique de l’Institut Weizmann. « Il aiguise les sens et aide à trouver de nouvelles façons de travailler avec les instruments de laboratoire, afin de mieux apprécier ce que nous voyons au microscope et d’être plus connectés aux expériences que nous réalisons. »

Les étudiants Impliqués dans SENSCIENCE partagent l’enthousiasme du Professeur Gross

Actuellement, les Prof. Gross et  Carmeli et le Dr. Vered Aviv développent un nouveau cours appelé Move Weizmann, une collaboration entre l’Académie de musique et de danse de Jérusalem et l’Institut Weizmann. « Il expose les étudiants en danse au monde de la science, et c’est une autre façon de relier les deux », explique le professeur Gross. Dans le cadre du projet Move Weizmann, cinq professeurs issus de divers domaines de recherche de l’institut – le Prof. Vered Rom-Kedar (mathématiques), le Prof. Ranny Budnik (physique), le Prof. Amnon Horovitz (chimie) et les Prof. Gad Asher et Atan Gross (chimie)  ont donné des conférences à des étudiants poursuivant un master en danse et à des étudiants de l’institut. Les conférenciers participeront également à la création de  nouveaux ballets.

« L’objectif de toutes ces rencontres et activités est d’inspirer les scientifiques qui mènent des recherches à l’Institut Weizmann », a déclaré le Prof. Gross. « Peut-être que, si nous essayons de ressentir les processus qui se déroulent à l’intérieur de notre corps lorsque nous bougeons, nous aurons de nouvelles idées pour nos recherches. »

 

Articles connexes
Nouvelles de l'Institut, Articles scientifiques
Articles scientifiques, Nouvelles de l'Institut, Communiqués de presse
Le programme servira à promouvoir les collaborations de pointe en recherche cérébrale entre le Canada et l’Israël.
Témoignages d’étudiants, Articles scientifiques
Après un mois d’immersion dans les sciences, notamment par des apprentissages auprès de scientifiques, des collaborations à des expériences et des travaux en laboratoire sur le campus de l’Institut Weizmann, les participants à l’International Summer Science Institute parlent de leur expérience inoubliable